elmoudjahid

Le chiffre d’affaires à l’exportation des hydrocarbures est de l’ordre de 9,8 milliards au premier trimestre 2018.

 

Projet de raffinerie de Hassi Messaoud : ouverture des plis des offres la semaine prochaine.

La compagnie nationale des hydrocarbures se lance dans une réelle dynamisation  de l’activité du raffinage,  obéissant à l’objectif  d’assurer la couverture des besoins nationaux en carburants  et de stopper l’importation de ce produit pour lequel l’Algérie paye annuellement une facture  d’environ 2 milliards de dollars.

«Nous avons la raffinerie de Sidi  R’zine d’Alger  dont le lancement est prévu  à  la fin de l’année, au plus tard en 2019. Nous venons d’acquérir la raffinerie italienne Augusta, et le lancement des travaux de réalisation de la raffinerie  de  Hassi Messaoud est également attendu  à partir du début de l’année prochaine». Ces propos   sont ceux du P-DG, M. Abdelmoumen Ould Kaddour, qui a mis en relief hier à Alger  tout l’intérêt que requiert le  domaine  du raffinage dans la stratégie du redéploiement de Sonatrach et de consolidation de sa place à l’international. « L’Algérie a une très grande expérience dans le domaine des hydrocarbures, que ce soit dans l’amont ou dans l’aval ainsi que dans le domaine du raffinage, et beaucoup de pays nous sollicitent actuellement pour les aider »,  a affirmé  en outre M. Ould  Kaddour  lors d’une conférence de presse consacrée justement  à la stratégie du raffinage et qu’il a conjointement animée avec ses proches collaborateurs, le directeur exécutif M. Ghezali et le conseiller M. Mazeghi en l’occurrence. «L’image de l’Algérie et de la Sonatrach s’améliore, et dans ce processus nous devons continuer à démontrer à nos partenaires et nos contacts de par le monde que nous sommes d’un sérieux irréprochable et que nous disposons de compétences, d’intelligence pour pouvoir se  développer. Au sujet du raffinage, leP-DG de Sonatrach et ses collaborateurs ont, par ailleurs, mis l’accent sur la fiabilité de la raffinerie italienne Augusta acquise auprès d’Exxon Mobil, premier raffineur du monde, à un prix ne dépassant pas un milliard de dollars. «Cette raffinerie est fiable à hauteur de 98,1 % », indiquent les conférenciers. Cependant, et avant d’énumérer les différentes raisons qui ont motivé Sonatrach  à acquérir la raffinerie Augusta, il convient de souligner les quelques précisions livrées hier, et pour la première fois, au sujet du  projet de  réalisation de la raffinerie de Hassi Messaoud

 

Raffinerie de Hassi Messaoud :  Ouverture des plis des offres  la semaine prochaine 

L’avis  d’appel d’offres international  lancé par Sonatrach pour la construction de la  raffinerie de Hassi Messaoud a vu la mobilisation d’une quinzaine d’entreprises qui ont manifesté leur  intérêt pour prendre part à la réalisation de cet important  projet. C’est ce qu’a indiqué M. Ould  Kaddour dans sa réponse à une  question d’El Moudjahid. Il informe aussi que l’ouverture des offres émises par cette quinzaine d’entreprises aura lieu la semaine prochaine, rappelant que la raffinerie de Hassi Messaoud sera dotée d’une capacité de production de 5 millions de  tonnes annuellement et sa phase d’exploitation est attendue, au plus tard, en  2022. Il a également expliqué que le choix de Hassi  Messaoud pour réaliser cette raffinerie     et dû au fait qu’un tiers du déficit en gasoil en Algérie se  situe dans le Sud du pays.   

Concernant la raffinerie  italienne Augusta achetée au terme d’un processus très concurrentiel, les dirigeants de Sonatrach justifient cette  acquisition non pas pour  sa fiabilité uniquement mais aussi eu  égard à d’autres opportunités en rapport, d’une part, avec la proximité géographique et les possibilités pour  Sonatrach d’accéder  à plusieurs prises de participations,  notamment  au- près d’un  package de  raffineries  d’Europe,  d’autre part.

35 milliards de m3 de gaz  produit au premier  trimestre 2018 

Comparativement  au 1er trimistre de 2017, la compagnie Sonatrach a  réalisé durant les  trois mois de l’année 2018 une  hausse de production gazière de l’ordre de 1%. Pour autant, ce  pourcentage est loin d’être insignifiant puisqu’il représente la consécration «de 103 % des  objectifs tracés par Sonatrach en la matière » selon le directeur exécutif, M. Ghezali.

En quantité,  la production  gazière enregistrée durant  le  premier trimistre 2018 a  été de 35 milliards m3, fait savoir le même responsable.

S’agissant du volume des exportations du pétrole,  M. Ghezali  a évoqué une légère baisse de l’ordre de  3%   par  rapport  au trimestre   2017.  Pour les  trois  premiers mois de 2018,  les exportations de  pétrole  ont représenté en effet un volume de 27,2 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep).

S’agissant du chiffre d’affaires à l’exportation des hydrocarbures, celui-ci est de  l’ordre de 9,8 milliards de dollars au 1er trimestre 2018 contre 8,4 milliards de dollars durant la même période de 2017, soit une hausse de 17%. Durant  cette  même   période, 400.000  tonnes   de carburant ont été raffinées  à l’extérieur, indique en outre le  même  responsable. 

La compagnie   Sonatrach    a réalisé   une  hausse   de  6%  de son chiffre d’affaires  durant les trois premiers mois   de l’année  en cours.  Celui-ci  représente un montant de 82 milliards de  dinars contre 77 mds DA sur la même période  de l’année 2017. Sonatrach a versé 754 mds DA au Trésor public au titre de la fiscalité pétrolière entre janvier et fin mars 2018, en évolution de 40% par rapport à la même période de l’année précédente.

ph bilan trimestriel des activite de Sonatrach

Canal Algerie   -  Dzair News  -   Ennahar   -   Echourouk   -   ENTV  -   El bilad

 

Acquisition de la raffinerie d’Augusta : Sonatrach argumente son choix  ALGER, 23 mai 2018