logoNR

Une nouvelle stratégie de gestion à l’horizon 2030

SONATRACH présente à Washington son potentiel d’investissement

Le groupe Sonatrach, qui prépare une nouvelle stratégie de gestion à l’horizon 2030 pour insuffler une nouvelle dynamique au secteur stratégique des hydrocarbures, a présenté à Washington, son potentiel d’investissement à l’occasion d’un forum économique sur la coopération américano-méditerranéenne.

Pour les cinq prochaines années, le groupe compte consentir 78 milliards de dollars d’investissements pour développer des projets pétroliers et gaziers, a indiqué le conseiller du P-dg de Sonatrach, Mahieddine Taleb, lors de cette rencontre de trois jours organisée par le Think Tank américain Center for Transatlantic relations, placée cette année sous le signe du renforcement de la coopération sécuritaire et énergétique. 

M. Taleb a expliqué que le groupe avait besoin de partenaires internationaux pour mener cet ambitieux plan qui sera axé sur l’exploration, la production, le raffinage et la pétrochimie. «Nous sommes en train de déployer des efforts pour améliorer notre attractivité», a-t-il indiqué en expliquant qu’une autre révision de la loi sur les hydrocarbures devrait intervenir au premier semestre 2018 pour donner plus de visibilité aux investisseurs étrangers dans ce secteur.

L’objectif étant d’améliorer le cadre légal et fiscal de cette loi pour attirer les investissements étrangers, a-t-il enchaîné. En somme, le groupe qui «fait face à une rude concurrence» à l’international, est «appelé à changer sa façon de travailler», a-t-il dit en substance. Il est aussi question d’évaluer ce qui se fait ailleurs dans le monde dans ce domaine. 

M. Taleb, qui a exposé l’énorme potentiel d’investissement dans le secteur énergétique algérien, est revenu au cours de son intervention sur les dernières mesures du gouvernement pour diversifier l’économie et impulser une croissance à long terme. Et de rappeler au passage la révision du code de l’investissement et la règlementation régissant l’investissement étranger en Algérie qui offre au partenaire étranger la possibilité d’assurer le management des entreprises mixtes créées dans le cadre de ces partenariats.


En marge de cette présentation, M. Taleb a indiqué à l’APS que des groupes de travail ont été mis en place pour examiner les aspects de cette loi qui vont faire l’objet de révision. «C’est presque toute la fiscalité qui est à revoir», a répondu le responsable de Sonatrach à une question sur une possible révision de la taxe sur les profits exceptionnels.

Les modifications qui vont être apportées au cadre légal de la loi devraient «faciliter la prise de décision d’investissement» aux compagnies pétrolières en leur permettant d’avoir une visibilité pour asseoir des investissements à long terme, a-t-il expliqué. «Notre slogan est ‘’leading the change’’ (opérer un changement) dans la gestion interne du groupe» qui concernera essentiellement sa façon de travailler et de commercialiser ses produits, a ajouté M. Taleb.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la démarche du groupe de revoir le fonctionnement de sa filiale de commercialisation de gaz naturel à Londres, a souligné le conseiller du P-dg. Sonatrach s’oriente vers une nouvelle stratégie de commercialisation à mesure que la dynamique du marché gazier européen change, et cherche actuellement des joint-ventures pour sa filiale à Londres afin de trouver de nouveaux débouchés à son gaz. «Une des façons de travailler est de s’associer à d’autres compagnies» en partageant les risques du marché, a déclaré M. Taleb. 

 

In la Nouvelle République du 16 Novembre 2017

 téléchargement

Sonatrach s’associe à General Electric

 Une première en Afrique

 

 Par Karim Aoudia,

Incontestablement, c’est  l’un  des investissements des plus prometteurs  que le groupe Sonatrach a engagé en signant un contrat avec la société américaine Baker Hugues General Electric (BHGE) portant sur la création d’une société mixte. Celle-ci porte la dénomination Sogepec Spa (Sonatrach General Electric Petroleum Equipment Company), et sera spécialisée dans la production locale des équipements destinés à l’industrie du pétrole et du gaz, et à la localisation des services associés.

La cérémonie de signature  entre  deux partenaires  de longue date partageant des rapports gagnant-gagnant substantiellement basés sur l’échange du savoir-faire  et  la  confiance  mutuelle, a eu  lieu  jeudi dernier au siège de la   compagnie  Sonatrach.  L’importance de l’événement s’est confirmée d’entrée à travers le profil des présents. La  cérémonie de signature a été en effet  rehaussée par la présence du ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, des PDG de Sonatrach, de BHGE, de BHGE du Moyen-Orient, Afrique du Nord et Turquie, respectivement, MM. Abdelmoumen Ould Kaddour, Lorenzo Simonelli et Rami Qasem, ainsi que de l’ambassadeur d’Italie, Pasquale Ferrara, et des représentants de l’ambassade des Etats-Unis.  

     Eu  égard à son caractère global,  le contenu du contrat ne manque pas aussi d’importance. En effet, les clauses y afférentes ont  trait non pas uniquement à la production des  équipements évoqués plus haut, lesquels  sont importés jusque-là par Sonatrach, mais traitent  aussi  du volet de la formation, de la progression escomptée en termes de taux d’intégration, d’une croissance certaine pour ce qui est des emplois à créer sans  oublier le volet lié à l’exportation. En outre, le tissu industriel ne sera que mieux consolidé à travers la création  de cette nouvelle société commune  qui sera basée dans la zone industrielle d’Arzew sur  une  superficie de  20.000 ha précise-t-on. Il s’agit-là d’un montant d’investissement de l’ordre de 45 millions de dollars  dans la première phase  liée à la réalisation de ce projet et devant  être  opérationnel en décembre 2019. A terme, la  valeur de cet investissement atteindra le  seuil de 200 millions de dollars ont indiqué les deux parties signataires du contrat. Il est également précisé que la société mixte Sogepec Spa sera dotée d’un capital de  4 milliards de dinars, détenu à  hauteur de 51% par Sonatrach et 41% par BHGE.  Son effectif  sera constitué de travailleurs algériens à hauteur de 90% et son taux d’intégration gagé pour la  première phase est de 30%. Pour plus de détails, cette  entreprise  commune  spa sera spécialisée dans la fabrication, l’assemblage et la maintenance de divers types d’équipements de contrôle de pression tels que les têtes de puits, établissant ainsi une base importante pour répondre aux besoins croissants en amont de l’Algérie et dégagé un surplus pour l’exportation, notamment dans le marché régional.

  M. Guitouni : « Une première en Afrique, un grand atout pour l’Algérie »  

Pour les sept premières années de son activité, Sogepec Spa sera chargée de la formation de plus de 200 ingénieurs et s’attellera, en outre, au développement et au renforcement de la chaîne d’approvisionnement locale,  par le biais de la mise en place  « d’un  nombre substantiel d’emplois indirects ainsi que le renforcement de l’écosystème pétrolier et gazier à travers le développement du tissu de PME », indique-t-on. La  nouvelle société mixte Sogepec spa a été qualifiée de « grand atout pour l’Algérie » par le ministre de l’Energie, M Mustapha Guitouni. Dans ses propos, exprimés en marge de la cérémonie  de  signature du  contrat de sa création,  le ministre tiendra aussi  à préciser que cette entreprise commune  est la première dans le continent   africain à se spécialiser dans la  fabrication d’équipements pétroliers, plus particulièrement les têtes de puits  jusque-là importés par Sonatrach.  La  création de  Sogepec  Spa s’appuie en  effet sur « la vaste expérience de BHGE dans la fabrication  d’équipements pour les champs pétrolifères et exploite l’expertise mondiale et locale de l’entreprise pour fournir des solutions de production», indique-t- on. Pour sa part, le PDG de Sonatrach a indiqué que la création de cette société conjointe constituait « une avancée dans la chaîne d’intégration de   Sonatrach en vue d’une meilleure maîtrise des coûts et des délais, sans   compter le transfert du savoir-faire par le biais de la diversification de   son portefeuille de biens et services». Ce projet, a-t-il ajouté, contribuera également à renforcer le  tissu industriel national et la création d’un réseau de sous-traitants  nationaux certifiés aux normes et standards internationaux.  « La nouvelle  société sera en mesure d’établir un pôle de fabrication solide qui augmentera les capacités locales et dynamisera les exportations», a assuré pour sa part le  PDG de BHGE. Il  ne manquera pas de mettre l’accent dans ses propos sur les principaux objectifs gagés à travers ce nouveau partenariat avec Sonatrach d’où il est attendu de revitaliser, dit-il,  « la chaîne d’approvisionnement local mais aussi de positionner l’Algérie en tant que fabriquant-clé dans l’équipement industriel ».  Présente en Algérie depuis plus de 40 ans, General Electric a, pour rappel, pris part  à plusieurs projets majeurs à travers son partenariat avec Sonatrach et Sonelgaz pour la création d’Algesco, qui est un important centre de turbomachine et de réparation à Boufarik au service des clients de l’amont, de l’aval et du transport pétrolier.     

Raffinerie de Hassi Messaoud  Lancement des appels d’offres en 2018   

 Le ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, a soutenu jeudi la possibilité de voir les avis d’appel d’offre  pour la  réalisation de la raffinerie de Hassi Messaoud lancés dans les six mois à venir, soit d’ici la fin du  premier trimestre de l’année 2018.

S’exprimant en  marge de la cérémonie de signature d’un contrat entre la  compagnie  Sonatrach et la société américaine Baker Hugues General Electric (BHGE), M. Guitouni précisera dans ses propos que les études engagées pour les deux  raffineries de Hassi  Messaoud  et de  Tiaret « sont  pratiquement  terminées».  

 In El Moudjahid 11 November 2017

                                                                                                           actualite2116215

 

Canal Algérie    Echourouk   Ennahar   Entv  

          

Algerie presse service

سوناطراك تسعى لتحسين قدراتها الوطنية في إنتاج الغاز   

سوناطراك تسعى لتحسين قدراتها الوطنية في إنتاج الغاز

حاسي مسعود - أشار الرئيس المدير العام لمجمع سوناطراك، عبد المومن ولد قدور، يوم الاثنين بعد اختتام زياراته إلى حاسي الرمل و حاسي  مسعود إلى أن الشركة الوطنية تعمل اليوم على تحسين طاقاتها الوطنية في إنتاج  الغاز بما أن الجزائر طرف في اتفاق دول الأوبيب المتعلق بخفض الانتاج.

وكان المسؤول الأول لسوناطراك قد قام بزيارة تفقدية لعدة مشاريع في  الولايتين.

ووضع السيد ولد قدوري خلال الزيارة التي قادته إلى حاسي الرملي حجر الأساس  لمشروع  "بوستينغ 3" المخصص لمرافقة التراجع الطبيعي للبئر، كما صرح بالقول  "لقد تفقدنا في حاسي الرمل أكبر مشروع أنجز في الجزائر حيث حافظنا على وتيرة  ضخ 60 مليار متر مكعب من الغاز سنويا"ي مشددا على ضرورة احترام الآجال و  تكاليف الإنجاز.

واسترسل موجها كلامه لمسؤولي المشروع بالقول"كل المشاريع التي قمنا بزيارتها  تعاني من التأخر"ي مضيفا أن سوناطراك لا يمكن ان تسمح بعدم احترام الآجال و التكاليف و النوعية"ي إذ مازال هناك، حسب ذات المسؤولي الكثير للقيام به على  هذه المستويات الثلاث

وذكر ولد قدور في ذات السياق "يشهد العالم اليوم تغيرات هامة يجب علينا  مواكبتها، مضيفا أن "هذا المشروع الاستراتيجي سيكون مثالا يحتذى به إذا ما تم  انجازه في آجاله المحددة".

كما أبرز من جهة أخرى ضرورة اللجوء لفروع سوناطراك في إنجاز المشاريع قائلا  "يجب ان ننجز مشاريعنا بأنفسنا مما  سيسمح بإنجاح التنمية الاقتصادية للبلاد".

كما اطلع على تقدم أشغال مشروع تهيئة مركز البيانات بحاسي مسعود, حيث أكد أن  هذا النظام المعلوماتي سيسمح لسوناطراك بأن تصبح فعالة.

وقال السيد ولد قدور متأسفا أنه "سجلت منذ وصولي إلى سوناطراك أن كل واحد  يعمل في زاويتهي فلا يجب لهذه الوضعية أن تستمر". و حسب المسؤول, يجب أن يكون  نظام المعلوماتية داخل مجمع سوناطراك موحدا و فريدا من نوعه.

ويولي مجمع سوناطراك -يضيف السيد ولد قدور- اهتماما بالغا بتكوين الشباب  لتحضير الأجيال القادمة, علما أن متوسط العمر في الشركة الوطنية البترولية هو  خمسين سنة.

وفي حاسي مسعود, قام السيد ولد قدور بزيارة المركب الصناعي جنوب و هو حقل  ينتج كمية الغاز المشترك بحوالي 60 مليون متر مكعب في اليوم بما في ذلك 53  مليون متر مكعب في اليوم تعالج على مستوى وحدات غاز البترول المميع و المركب  الصناعي جنوب  والمنطقة الشمالية للمركب الصناعي نايلي.

ولأجل تثمين الغازات المنتجة, بادر نشاط الاستغلال-الانتاج من خلال المديرية  العامة لحاسي مسعود بمشروع بمبلغ مليونين (2)  دولار بغية ضخ في شبكة الغاز  الموجه للبيع كمية تعالج بحوالي 20 مليون متر مكعب في اليوم انطلاقا من المركب  الصناعي جنوب. أطلق هذا المشروع في سبتمبر 2017.

وقام السيد ولد قدور بزيارة مشروع إعادة هيكلة المحطات الفرعية. و يتمثل هذا  المشروع في إعادة تهيئة شبكة الجمع القبلية و البعدية للوحدات الفرعية بوضع  540 كلم من الأنابيب.

وستسمح هذه المشاريع الغازية لمجمع سوناطراك بالوفاء بالتزاماتها مع الشركاء  الأجانب فيما يتعلق بتصدير الغاز الطبيعي.

وأكد السيد ولد قدور خلال زيارته إلى ولاية أدرار في أكتوبر المنصرم  أنه  "يمكننا أن نفي بالتزاماتنا إزاء العقود المبرمة مع شركائنا الأجانب بخصوص  تسليم الغاز الطبيعي و نحن نعمل في هذا الموضوع".

 

 

Inauguration du Projet Boosting 3 HRM

Programmae National  -  Echerouk  -  Enahar  -  DzairNews

logo horizons

Le PDG de SONATRACH à Adrar

«Accorder plus d’importance au développement  de l’industrie pétrochimique»

Le président directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumène Ould-Kaddour, a affirmé, hier à Adrar, que Sonatrach va à travers ses plans de développement futurs accorder plus d’importance au développement de l’industrie pétrochimique dans l’exploitation du gaz. «Le groupe Sonatrach entend, à travers ses plans futurs, accorder davantage d’importance au développement de l’industrie pétrochimique en matière d’exploitation de gaz et ne plus se contenter de l’extraire et de le commercialiser, eu égard aux importants revenus et plus-value que cela engendrera à l’économie nationale», a indiqué Ould-Kaddour lors de l’inspection du projet Reggane (sud d’Adrar). Il a, à ce titre, souligné que les prochaines années seront dédiées au développement des champs et au renforcement de l’industrie pétrochimique dans les projets d’exploitation gazière et pétrolière. Lors de son inspection du projet Reggane, dont les travaux tirent à leur fin et où il a supervisé les premiers essais techniques gaziers, le PDG de Sonatrach a salué le niveau élevé des mesures de sécurité prises pour la protection des personnels dans cette installation gazière, déclarant, à ce propos, que «ce chantier a été marqué par une absence totale d’accidents de travail, grâce aux mesures de sécurité judicieuses adoptées».

Il a, en outre, fait savoir que le retard accusé dans les travaux d’exécution a été largement rattrapé, permettant ainsi au groupe Sonatrach de respecter les engagements d’approvisionnement énergétique de ses clients et d’honorer les contrats internationaux en la matière. S’agissant de la stratégie nationale de transition énergétique 2030, Ould-Kaddour a relevé l’orientation de Sonatrach vers cette perspective, en recourant à l’exploitation des énergies propres au niveau de certaines de ses installations pétrolières, à l’instar de ce qui s’est fait à Hassi Messaoud.

In Horizons : le Mercredi 01 Novembre 2017

 

 

Visite de M. le PDG SH a Reggane GRN 31 10 2017 134

A3    -   Canal Algerie    -   Elcherouk     -    Elnahar   -   Dzair News

 

ADRAR, 25 oct 2017 (APS) – Le P-dg du Groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a salué mercredi à Adrar, les progrès enregistrés par les entreprises nationales dans la réalisation des projets gaziers et pétroliers, en relevant quelques insuffisances à parfaire.

"Voir des entreprises nationales réaliser ce genre d’installations très complexes et dans des conditions climatiques et naturelles très difficiles est quelque chose de formidable. On doit les encourager et les accompagner pour mieux se développer, en dépit des retards enregistrés dans la livraison de ces installations" , a précisé M. Ould Kaddour.

Il s’exprimait à la presse en marge d’une visite de travail et d’inspection au projet du complexe du Groupement Touat Gaz (GTG) à Oued Zine (Adrar).Le P-dg de Sonatrach a ajouté que la plupart des projets de la compagnie accusent des retards, mais, a-t-il avancé "on doit apprendre de ces retards pour que les prochaines générations ne tombent dans les mêmes erreurs" .
Selon M. Ould Kaddour, il existe encore des insuffisances à combler dans le management des projets et un savoir-faire à développer, y compris chez la Sonatrach, réputée d’être la première entreprise en Algérie .

S’agissant du projet de Touat Gaz qui devait être réceptionné en février 2017, mais qui accuse un retard de onze mois, selon les estimations de l’entreprise, le P-dg de la Sonatrach a souligné que le projet a beaucoup avancé depuis sa dernière visite en juin 2017, mais accuse toujours un retard, ce qui engendre un manque à gagner considérable.
A cet effet, il a exhorté les responsables du projet à accélérer les travaux de réalisation pour être dans les délais prévus.
Le Projet Touat Gaz, fruit d’un partenariat entre Sonatrach et Engie (France), devrait produire 12,8 millions m3 de gaz/jour, soit 4,5 milliards m3/an, et 344 m3 de condensat/jour.

D’un montant d’investissements de 1,1 milliard de dollar (55% par Sonatrach et 45% par Engie), ce projet est réalisé principalement par plusieurs entreprises algériennes, dont l’Entreprise nationale de grands travaux pétroliers (GTP) et la Société nationale de Génie civil et bâtiment (GCB), ainsi que l’entreprise espagnole Tecnicas Reunidas, qui est maitre de l’oeuvre.

Cette infrastructure, dont les délais de livraisons sont ajournés à la fin premier trimestre 2018, dispose de 9 gisements gaziers, comprenant 21 puits, dont, 3 sont déjà prêts à l’exploitation.
Dans ce registre, M. Oueld Kaddour a affirmé que le groupe Sonatrach réceptionnera plusieurs projets gaziers d’ici à début 2018, permettant d’augmenter le niveau de sa production gazière, à savoir, les projets du Groupement Reggane (GRN) et du Groupement Timimoune (GTIM) à Hassi Barouda qui doivent être réceptionnés avant fin 2017, tandis que deux autres projets, Touat Gaz et Amghar, sont attendus lors du premier trimestre 2018.

Le responsable a ajouté que la production nationale de gaz devrait augmenter davantage à partir de 2019 et 2020, ce qui permettra de dégager d’autres quantités destinées à l’exportation.
Les entreprises nationales appelées à s’impliquer davantage pour prendre en charge le plan de développement de la Sonatrach

Par ailleurs, M.Ould Kaddour a assuré que la Sonatrach a les moyens pour honorer ses engagements avec ses partenaires étrangers en matière d’exportation de gaz naturel.

Affirmant que le Groupe est en train de récupérer des quantités importantes de gaz naturel grâce à sa nouvelle stratégie d’optimisation, M. Ould Kaddour a assuré que le Groupe pourrait d’ici la fin de l’année arriver à 93 milliards de m3 à mettre sur le marché, dont 53 milliards m3 destinés au marché extérieur.

Il a insisté, en outre, sur la nécessité d’optimiser les coûts, que ce soit dans la production ou dans la vente, notamment dans le contexte actuel marqué par la baisse drastique des prix du baril de pétrole sur les marchés mondiaux : "Lorsque le baril de pétrole était à 150 dollars, nous étions à l’aise, mais à 50 dollars, on doit faire beaucoup plus attention".

Dans ce sens, il a fait savoir que Sonatrach est continuellement en négociations avec ses partenaires étrangers pour trouver de nouvelles approches économiques sur lesquelles doivent être basés les prochains contrats.

Interrogé par la presse sur les prochains investissements du Groupe, M Ould Kaddour a indiqué que la Sonatrach va investir une cinquantaine milliards de dollars sur les cinq prochaines années, soit une moyenne de 10 milliards de dollars annuellement dans tous les domaines (exploration, exploitation, formation...).

Les chiffres exacts des investissements que Sonatrach envisage d’investir seront prêts d’ici à l’année 2018, a-t-il souligné.

M. Ould Kaddour a également précisé que ce plan de développement ne concerne pas uniquement Sonatrach en tant que société-mère, mais également ses filiales.
"Nos filiales doivent aussi se développer. elles ont beaucoup de choses à apprendre et on doit les aider à y arriver", a-t-il ajouté.

Précisant que Sonatrach va soumettre son plan de développement à toutes les entreprises nationales publiques et privées d’ici à la fin 2017 ou au début de l’année 2018, M. Ould Kaddour a considéré que "cela permettra de voir ce qu’elles peuvent faire et ce qui manque pour pouvoir le faire. Et à partir de là, on pourra définir tous nos besoins et tâcher à les acquérir pour pouvoir aller ensemble de l’avant".

Il les a, dans ce sens, appelé à s’impliquer davantage dans la réalisation des projets gaziers et pétroliers et développer leur savoir-faire pour pouvoir tirer des contrats de réalisation et prendre en charge le plan de développement de la Sonatrach. (APS)

 

25 Octobre 2017 Visite PDG SH Adrar projet TOUAT GAZ

Dzair news       -       Elnahar